Revoltes.org - Portail d'information sur la Peine de Mort
   

   
   
   
 

25 juillet 2005
En moins d'une semaine, trois personnes ont été exécutées en Iran, reconnues coupables de crimes commis alors qu'elles étaient mineures. L'une d'entre elles l'était encore au moment de sa mise à mort.

Le 13 juillet dernier, Ali Safarpour Rajabi, un jeune homme de 20 ans, a été pendu en Iran, reconnu coupable du meurtre d'un policier de la ville de Poldokhtar alors qu'il n'était - probablement - âgé que de seize ans.

Sept jours plus tard, le 19 juillet, deux garçons, l'un mineur et l'autre âgé de 18 ans, ont été pendus publiquement, coupables de relations homosexuelles avec un garçon de treize ans et de consommation de boissons alcoolisées - délit sanctionné de 228 coups de fouet par personne. Tous deux étaient mineurs au moment des faits.

 
Peine de mort en Iran
 

Amnesty International rappelle que l'Iran est signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de la Convention relative aux droits de l'enfant. Le pays s'est engagé à ne pas exécuter de délinquants qui étaient âgés de moins de dix-huit ans au moment des faits.

L'Union européenne se dit préoccupée par ses exécutions de délinquants mineurs et demande urgemment au gouvernement de la République islamique d'Iran de clarifier ses positions. Les autorités iraniennes avaient assuré mettre en place un moratoire sur les flagellations et les exécutions de condamnés à mort mineurs au moment des faits.

Le code civil iranien fixe l'âge de la responsabilité pénale à quinze années lunaires pour les garçons et neuf pour les filles. Depuis quatre ans, les autorités iraniennes travaillent sur un projet de loi interdisant le recours à la peine capitale contre des délinquants mineurs.


Pour en savoir plus

Lire l'article de Revoltes.org consacré à l'exécution de deux homosexuels mineurs au moment des faits en Iran (19 juillet 2005)

Consulter le site Internet d'Amnesty International, en français





 

Revoltes.org Portail d'information sur la peine de mort / www.revoltes.org / @contactez-nous