Revoltes.org - Portail d'information sur la Peine de Mort


   
   
   
 

10 octobre 2006, journée mondiale contre la peine de mort

Les abolitionnistes du monde entier fêtent aujourd'hui la quatrième journée mondiale contre la peine de mort. La coalition qui l'instigue dresse un bilan mitigé de la sanction suprême sur la planète. Autour de la thématique « Les échecs de la justice », cinq grands pays sont cette année dans la ligne de mire des associations anti peine de mort, la Chine, l'Iran, l'Arabie saoudite, le Nigéria et les Etats-Unis...

 
 

10 octobre 2006 / La quatrième journée mondiale contre la peine de mort est une nouvelle fois, pour la coalition mondiale contre la peine de mort, l'occasion de dénoncer un châtiment « manifestement injuste et contraire à la législation et aux normes internationales » (Déclaration publique d'Amnesty International). Aujourd'hui, les regards des abolitonnistes se tournent vers quelques pays où les défaillances de la justice sont probantes et régulières. L'Arabie saoudite, la Chine, les Etats-Unis, l'Iran et le Nigéria, qui regroupent à eux seuls plus de 94% de toutes les exécutions pratiquées dans le monde, ne repectent pas « les normes relatives à la peine de mort fixées par la communauté internationale dans de nombreux traités internationaux ».


Exécution d'innocents, de délinquants mineurs, de malades mentaux...

Amnesty International profite de cette journée mondiale pour relater de sordides histoires, en Chine notamment où des personnes exécutées se sont révélées innocentes lorsque les prétendues victimes de meurtre sont réapparues, saines et sauves.

L'Iran et le Pakistan restent les seuls pays du monde à autoriser l'exécution de délinquants qui étaient mineurs au moment des faits.

Quant aux Etats-Unis, qui avaient récemment renoncé à l'exécution de délinquants mineurs, la situation reste préoccupante. Plusieurs états américains ont condamné et exécuté des détenus atteints de maladies mentales.

Au Nigéria enfin, au moins une femme a été condamnée à la sanction capitale sans aucune assistance jurisique.


« Les erreurs et manquements judiciaires rendent l'abolition d'autant plus urgente »

En se focalisant sur les erreurs et manquements judiciaires, la coalition mondiale contre la peine de mort espère convaincre que l'abolition est plus que jamais nécessaire et urgente. Si à ce jour, la majorité des pays du monde (129) n'exécute plus aucun de ses prisonniers, une minorité d'états (68) maintient la sanction capitale. Par ailleurs – et c'est suffisamment rare pour le relever – deux pays jusqu'alors abolitionnistes envisagent de réintroduire la peine de mort dans leur arsenal juridique : le Pérou et la Pologne.

Amnesty International, membre de la coalition mondiale contre la peine de mort (qui réunit 53 organisations) rappelle dans sa Déclaration publique publiée ce jour « que la peine capitale n'est jamais acceptable ; toute exécution constitue la pire violation qui soit du droit à la vie. »






Pour en savoir plus :

http://www.amnestyinternational.be/doc/article9043.html
Déclaration publique d'Amnesty International, Quatrième journée mondiale contre la peine de mort. Les exécutions sont des échecs de la justice.

http://www.amnestyinternational.be/doc/article9051.html
Amnesty International : Lutte pour l'abolition de la peine de mort: quatre pays montrés du doigt.

http://permanent.nouvelobs.com/societe/20061009.OBS5008.html
Le Nouvel Observateur : Mardi, journée mondiale contre la peine de mort.


Plus d'actu sur revoltes.org :

29 septembre 2006
Prison Break, une série américaine à succès dans le couloir de la mort de l'Illinois.

5 mai 2006
3e congrès mondial contre la peine de mort à Paris, du 1er au 3 février 2007

5 mai 2006
4e journée mondiale contre la peine caèitale le 10 octobre 2006

 

 

Revoltes.org Portail d'information sur la peine de mort / www.revoltes.org / @contactez-nous